Lady Shoes est une forme courte pour une marionnettiste. Son corps est lié à celui de la marionnette, elles le partage. Au départ l’enfance, le jeu, la curiosité. Puis la danse, déséquilibre du corps immense en mouvement, tentative d’incorporation des corps modèles, pin-up à talons. Un genre de butô marionnettique à la lisière du clown naît et déconstruit l’image qui se fait fantasmatique, drôle et décalée. La marionnette nous propose un regard nouveau sur le corps, sa structure, elle nous donne sa réalité toute crue et entière.